RGPD, quatre ans après, enfin l'acte II

07/05/2022

Arno Pons – Délégué général la Fondation Digital New Deal
Arno Pons – Délégué général Fondation Digital New Deal

A mesure que se développent les outils numériques, l’ampleur de la collecte et du traitement des données personnelles ne cesse d’augmenter. Chez certains, cela a nourri des craintes d’intrusion dans la vie privée, par les États ou des acteurs privés, mais aussi de discrimination, de surveillance ou de manipulation. La réponse réglementaire européenne, le Règlement Général pour la Protection des Données (RGPD), visant à garantir tant la protection des données que leur libre circulation, a été globalement considérée comme salutaire dans le monde entier. Toutefois, la collecte et le partage de données personnelles continuent à se développer, tirés par les besoins de la publicité en ligne, et restent encore d’une ampleur mal comprise par les citoyens. Si le RGPD a sans aucun doute contribué à faire entrer le sujet un peu plus dans le quotidien des internautes européens, il est pour beaucoup le synonyme d’une expérience dégradée, de lourdeurs administratives ou encore d’une boîte noire réglementaire.

Rarement un règlement de l’Union Européenne aura fait autant débat que ce RGPD. Souvent pris comme exemple par certains de la réussite d’un soft power européen jouant enfin le jeu de l’extraterritorialité, symptomatique pour d’autres d’une culture de la régulation contre celle de l’innovation. Quatre ans après sa mise en application, notre think-tank a souhaité publier une note qui remet en perspective ce règlement controversé avec le nouveau package règlementaire européen en cours de validation (DSA, DMA, DGA,…), afin d’imaginer un acte II du RGPD. Le « Règlement Général sur la Protection des Données » fut en effet chronologiquement, et pas forcément logiquement, le premier règlement à être publié. En étant précurseur et isolé, il a porté seul jusqu’à présent des promesses (comme la portabilité des données ou plus largement la libre circulation des données), créant ainsi un sentiment d’inefficience. N’ayant pas atteint son plein potentiel pour protéger les citoyens et répondre à leurs attentes, il est donc primordial de continuer de parfaire ce règlement fondamental.

Face à un tel sujet totémique, nous avons décidé d’adopter une approche pragmatique en nous tournant vers des auteurs ayant réalisé un véritable travail d’investigation. Julia Roussoulières et Jean Rérolle ont mené plusieurs mois d’enquête, suivant la piste de leurs données personnelles pour constater que de nombreux droits conférés par le RGPD n’étaient pas effectifs et que le consentement individuel était une approche insuffisante.

Les co-auteurs ont pu démontrer que le rapport de force était totalement déséquilibré́ entre l’individu et les entreprises demandant le consentement. L’asymétrie face aux géants numériques et l’opacité entretenue par certains acteurs comme ceux de la publicité en ligne, entravant la bonne exécution du droit. Le consentement étant dévoyé́, il est donc nécessaire de l’améliorer, et de le rendre plus conforme à ses objectifs initiaux. C’est l’objet de cette nouvelle publication « RGPD, acte II : la maîtrise collective de nos données comme impératif » avec ses trois axes de propositions formulés par les auteurs visant à pallier ses dysfonctionnements. D’une part en améliorant l’effectivité des droits ; d’autre part en rendant le consentement réellement libre et éclairé ; et finalement en articulant mieux les droits individuels et choix collectifs en associant davantage la société civile.
Ces propositions visent à créer les conditions pour que le partage de données par le citoyen s’effectue en confiance, en accentuant sa liberté de choix, la transparence des usages qui en sont faits, et en permettant au débat démocratique de s’en emparer. Comme la protection de l’environnement, la protection des données personnelles est un problème collectif, politique, et doit être traité comme tel.

Nous ne voulons surtout pas sonner le glas de la mise en commun de données personnelles. Celle-ci présente de très nombreuses applications souhaitables par la société, dans des domaines comme la santé, l’administration publique, ou la création de nouveaux services. L’objet de nos propositions n’est pas de générer des frictions rendant impossible tout partage de données, mais bien de créer les conditions pour que les partages soient acceptables par les citoyens, ce qui est nécessaire pour la poursuite de l’innovation liée aux partage de données personnelles sur le long terme.

La bonne nouvelle, c’est que les outils existent. En poursuivant la discussion autour du RGPD, en améliorant sa mise en œuvre, mais aussi en osant questionner certaines pratiques, nous pouvons rendre la collecte, le traitement et le partage de données plus responsable.

Arno Pons, think-tank Digital New Deal.

Article publié dans La Tribune le 13 mai 2022 : https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/rgpd-quatre-ans-apres-enfin-l-acte-ii-917694.html

ÉDITO

La souveraineté numérique n’existe pas

La crise sanitaire que nous traversons aura eu le mérite de faire émerger des solutions, des talents, qui ont pu exprimer leur potentiel lors de ces circonstances exceptionnelles.

Lire la suite


POINT DE CLOUD SOUVERAIN SANS DATA DE CONFIANCE

La crise sanitaire que nous traversons aura eu le mérite de faire émerger des solutions, des talents, qui ont pu exprimer leur potentiel lors de ces circonstances exceptionnelles.

Lire la suite


Pour une IA des Lumières européenne

L’Intelligence Artificielle (IA) est au cœur des préoccupations et des fantasmes, sa simple définition constitue un défi en soi. Il est donc crucial que nous puissions y contribuer, afin de pouvoir offrir au monde une vision européenne, c’est-à-dire humaniste

Lire la suite


SERVICE PUBLIC AUGMENTÉ, BÉNÉFICE COLLATÉRAL DU COVID

La crise sanitaire que nous traversons aura eu le mérite de faire émerger des solutions, des talents, qui ont pu exprimer leur potentiel lors de ces circonstances exceptionnelles. Comme en temps de guerre, des héros du quotidien issus de la société civile ont fait la fierté de nos concitoyens. Des infirmières que l’on applaudit, des caissières que l’on remercie, mais aussi… des geeks que l’on gratifie. En faisant chevalier de l’ordre national du Mérite le jeune Guillaume Rozier pour la création CovidTracker et Vitemadose, l’Etat prend acte de sa mue en institutionnalisant la participation des citoyens à la défense de l’intérêt général dont il n’a plus le monopole.

Lire la suite


« Cloud de confiance » : cuisine et dépendance

Les annonces gouvernementales en début d'année sur le « Cloud souverain » semblaient pourtant frappées du bon sens, et ont été d'ailleurs globalement bien accueillies. À un détail près peut-être, mais pas des moindres : la question des licences aux GAFAM. Beaucoup en effet considèrent que c'était ouvrir la porte en grand aux Big techs dont ils étaient supposés nous protéger. Les fervents défenseurs de notre indépendance technologique, économique et géopolitique, dont notre think-tank Digital New Deal fait partie, sont en droit de s'interroger.

Lire la suite


Plateformes numériques : encore un effort pour être responsables !

Le président Trump chassé du réseau. La petite Mila pourchassée sur la toile. « La naissance du monde », célèbre toile de Courbet, interdite ! Chaque jour son lot de nouvelles étonnantes ou révoltantes qui montrent qu’il y a « quelque chose de pourri au royaume » des plateformes.

Lire la suite


Pour un Education Data Hub au service de l’ouverture des données éducatives

Unique distributeur d’applications sur ses terminaux, Apple abuse de sa mainmise sur le marché mobile iOS. Les victimes ? Les éditeurs d’applications, contraints de se plier aux exigences de la plateforme, et les consommateurs, dont la liberté de choix semble en pâtir.

Lire la suite


Monopole de l’Apple Store : la grogne monte

Unique distributeur d’applications sur ses terminaux, Apple abuse de sa mainmise sur le marché mobile iOS. Les victimes ? Les éditeurs d’applications, contraints de se plier aux exigences de la plateforme, et les consommateurs, dont la liberté de choix semble en pâtir.

Lire la suite


« 1 JEUNE 1 PME » : L’EMPLOI DES JEUNES POUR ACCELERER LA TRANSITION NUMERIQUE DES TPE-PME FRANCAISES

L’instauration d’une dynamique nouvelle entre les filières du numérique de l’enseignement supérieur et les TPE-PME pourrait contribuer positivement à la transition numérique des entreprises, en même temps qu’à l’emploi des jeunes.

Lire la suite


UNE GOUVERNANCE POUR LA CIRCULATION DES DONNEES PERSONNELLES

L'article 20 du Règlement général sur la protection des données, qui consacre un droit à la portabilité des données, constitue une des clés pour mettre sur pied une architecture de circulation des données personnelles plus vertueuse que celle qu'ont mise en place les Big Tech.

Lire la suite


DATA : LA SEPARATION DES POUVOIRS POUR CONTRER LA MONARCHIE DES GAFAM

Notre dernière publication propose un modèle concret de partage des données personnelles, centré sur l’individu, offrant ainsi un modus operandi commun aux entreprises et collectivités afin qu’elles coopèrent et innovent.

Lire la suite


QUEL NOUVEAU SOUFFLE POUR L’ETAT PLATEFORME ?

Le besoin d’État s’accompagne d’une demande de transformation des moyens de l’action publique pour en assurer la réactivité, la résilience et la proximité avec les citoyens et les territoires.

Lire la suite


NUMERIQUE EDUCATIF : ET APRES ?

La crise du Covid-19 a mis la résilience du système éducatif scolaire à rude épreuve, notamment pendant la période de confinement. En effet, l’impératif de continuité pédagogique du confinement a conduit à une expérience “grandeur nature” du numérique éducatif dans le milieu scolaire.

Lire la suite


BIG TECH : L’HEURE EST A LA RESPONSABILITE

Alors qu’Internet est devenu l’espace central de la circulation de l’information, il devient crucial d’imposer aux géants du numérique, principaux acteurs d’échanges, un régime de responsabilité à la hauteur de l’influence qu’ils détiennent.

Lire la suite


DEFENDRE NOTRE EXCEPTION EDUCATIVE A L’ERE NUMERIQUE

L’impact systémique du numérique sur la société doit pousser l’Education nationale à sortir de son immobilité, à amorcer une mutabilité pérenne de l’institution scolaire.

Lire la suite


BIG TECH : L’HEURE EST A LA REGULATION PAR LA MULTITUDE

Face à la concentration inédite du pouvoir sur Internet dans les mains d’un petit nombre d’entreprises identifiées, quelle est la nature du contre-pouvoir à adopter ?

Lire la suite


SORTONS DE NOTRE PARALYSIE EN DEMYSTIFIANT LES GEANTS DU NET !

La dépendance à deux systèmes d’exploitation (OS), MS/DOS Windows et Unix/Linux constitue la racine commune des difficultés et effets secondaires négatifs de notre développement technologique actuel.

Lire la suite


L’ADMINISTRATION, LA NOUVELLE AVENTURE ENTREPRENEURIALE ?

Aujourd’hui, l’innovation technologique profite majoritairement aux intérêts privés, et les innovations sociales – aussi prometteuses soient elles – peinent à atteindre une envergure à la hauteur des enjeux de société.

Lire la suite